Les bases de la méditation


 
   En général, la méditation est chez l'homme une habitude plutôt faible. De temps en temps, quand il a des difficultés, des problèmes à résoudre, quand il souffre, il devient pensif et réfléchi parce qu'il a besoin de trouver une solution. Mais on ne peut pas encore appeler cela méditer ; c'est seulement une réaction instinctive naturelle en face du danger ou du malheur. Oui, à ce moment-là, instinctivement, l'homme, qui a besoin d'un refuge, se recueille en lui-même, et commence même à prier, à se tourner vers un Être qu'il avait négligé parce que jusque là tout marchait bien pour lui. Maintenant il revient vers cet Être, il Le cherche, car il se souvient que, lorsqu'il était petit, ses parents lui avaient dit qu'Il était tout-puissant, omniscient et tout amour ; alors il s'adresse à Lui pour demander aide et secours dans la plus grande humilité, avec un sentiment d'une puissance extraordinaire. Oui, mais il faut pour cela des cas exceptionnels : un danger, une guerre, une maladie, la mort.

   Dans la vie courante, quand ils sont tranquilles et heureux, les gens n'ont aucune envie de prier ou de méditer, ils ne considèrent pas du tout cet exercice comme nécessaire et indispensable, ils n'en voient même pas l'utilité. Quand tout va bien, ils pensent qu'ils n'ont pas à se perdre dans les régions vagues et nébuleuses de la méditation. Mais dans le malheur, dans les grandes difficultés, quand ils s'appreçoivent que rien de ce qui est concret et matériel ne peut plus les aider, alors ils cherchent intérieurement un soutien, un secours, un abri dans les régions célestes. C'est bien, seulement ils trouveraient plus facilement ce soutien s'ils n'avaient pas attendu des occasions exceptionnelles pour recourir au Ciel, s'ils avaient appris à faire de la méditation une pratique quotidienne. Sans la méditation, il n'est pas possible de se connaître, ni de devenir maître de soi, ni de développer des qualités et des vertus. Et c'est justement parce qu'ils n'ont pas donné une place prépondérante à la méditation que les humains restent très faibles dans leur vie intérieure, dans leurs sentiments et leurs désirs.

   Bien sûr, il ne faut pas se faire d'illusions, il est très difficile de méditer. Tant qu'on est engagé dans des occupations prosaïques ou plongé dans les passions, on ne peut pas méditer. Il faut chercher à se libérer intérieurement pour pouvoir projeter sa pensée jusqu'à l'Éternel. J'ai vu des gens méditer pendant des années, mais ils perdaient leur temps, ou même se détraquaient, parce qu'ils ne savaient pas, ou ne voulaient pas savoir, que pour méditer il faut remplir certaines conditions. Tant qu'on n'est pas libre intérieurement, on ne peut méditer. Mais combien y en a-t-il qui trafiquent, chapardent, boivent ou couchent avec n'importe qui, et après... ils «
 méditent » ! Et non, ce n'est pas possible car la nature de ces activités ne le permet pas : elles retiennent la pensée dans les régions inférieures.

  Je sais que de plus en plus la méditation devient à la mode, mais cela ne me réjouit pas du tout, car je vois là une quantité de pauvres malheureux qui sont en train de s'embarquer dans un domaine qu'ils ne connaissent pas. Comment voulez-vous méditer si vous n'avez pas un haut idéal qui vous fasse sortir de vos caprices, de vos dévergondages, de vos plaisirs, de vos désirs, pour vous conduire juaqu'au Ciel
 ? Vous ne pouvez pas méditer avant d'avoir vaincu certaines faiblesses, compris certaines vérités, et non seulement vous ne pouvez pas, mais il est même dangereux d'essayer.

   Certains ferment les yeux ou prennent des poses, mais intérieurement que se passe-t-il
 ? Où sont-ils ? Dieu seul le sait. Si vous entrez dans leur tête pour voir, ils dorment les pauvres ! C'est ça la méditation profonde... Et on va maintenant jusqu'à faire des démonstrations publiques de méditations ! C'est ridicule. Quelle méditation peut-on faire devant un public ? Ou alors c'est possible, mais il faut être tellement avancé, tellement libéré, que partout, à n'importe quel moment, on est capable de méditer parce que l'esprit est sans cesse lié au monde divin. Mais avoir cet amour pour le monde sublime sous-entend une évolution exceptionnelle, ce qui n'est pas le cas de ceux qui font ces démonstrations de méditation.

   Si vous voulez avoir une idée de la façon dont la majorité des gens méditent, regardez le chat
 : le chat médite devant le trou d'une souris, là-bas ; oui, pendant des heures il médite comment l'attraper. C'est ça pour la plupart la méditation : ils méditent sur une souris quelque part... une souris à deux jambes !

   La méditation n'est pas un exercice aussi simple qu'on imagine. Il faut être très avancé pour méditer et surtout avoir un amour formidable pour le monde divin. À ce moment-là, sans que vous fassiez aucun effort, votre pensée est déjà concentrée, et même malgré vous, vous méditez
 ; votre pensée est tellement dégagée que c'est elle qui, presque indépendamment de vous, s'en va faire son travail.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 
Page 1     Dieu... et religion ?   André A. Bernier

Page 2     Les enseignements de Jésus   André A. Bernier


Page 3     Table des matières, Le Livre d'Urantia   Le Livre d'Urantia

Page 4     Le monde invisible   Omraam Mikhaël Aïvanhov
   

Page 5     La vraie idée de Dieu   Grace Gassette et Georges Barbarin


Page 6     La religion   Placide Gaboury

Page 7     
Le processus d'une cause de canonisation   Communauté de l'Emmanuel

Page 8     
Les 12 apôtres   gotQuestion.org

Page 9     
Omraam Mikhaël Aïvanhov nous parle de Dieu et de religion   O. M. A.     

Page 10   
Les diocèses du Québec   Wikipedia

Page 11   
Le Catholicisme et le célibat des prêtres   Wikipedia

Page 12   
La réalité spirituelle   Roger Bouchard

 
 


 



 37 
 



Créer un site
Créer un site